Dieu est Queer.


Hier soir, alors que je lisais, j’avais une pensée inouïe: Dieu est queer.

Et je vais simplement mettre ici quelques idées en vrac.

Je lisais sur la théorie queer; de nombreux théoriciens queer refusent même de dire ce qu’est la théorie queer, en arguant qu’elle résiste à la définition même, et qu’elle est impossible à capturer.

Cela m’a bien sûr fait penser à Dieu tout de suite.

Dieu, assurément, est impossible à capturer et résiste d’une certaine manière à la définition.

Nous pouvons essayer de le définir, ou mieux, de décrire Dieu avec nos mots, images et toutes sortes de comparaisons. La Bible contient beaucoup de telles images, et les croyants ont utilisé et inventé de nombreuses images et métaphores pour parler de Dieu pour transmettre leurs idées, leurs perceptions et leurs expériences. Beaucoup d’entre eux sont d’une grande beauté et sont très forts, et nous parlent encore aujourd’hui.

Et pourtant, Dieu résiste à la définition, car Dieu dépasse toujours tout ce qu’on peut dire sur lui/elle, tout ce qu’on peut imaginer à son sujet. Dieu a créé les êtres humains à son image, hommes et femmes, il les a créés ; en tant que tel, les deux genres sont à l’image de Dieu et Dieu les contient tous les deux. J’irai même plus loin : en disant que Dieu a créé les cieux et la terre, nous voulons dire qu’il a aussi créé tout ce qui est entre les deux ; quand nous disons que Dieu a créé la terre et l’eau, nous voulons dire qu’elle a aussi créé tout ce qui est entre les deux. Ainsi, lorsque nous disons que Dieu a créé un homme et une femme, iel a également créé tout ce qui est entre les deux.

Avec cela, Dieu contient tous les genres, tous les non-genres, tous les genres entre les genres – et est tout pour tout le monde.

Mais ce n’est pas, ou pas seulement, pourquoi je dis que Dieu est queer. Et je ne dis pas non plus que G-d est queer pour exclure ceux d’entre nous qui ne le sont pas[1].

Dieu est elle-même queer pour plusieurs raisons. Dieu est Celui qui transgresse les limites que les autres – ou nous-mêmes – ont mises en place. Limites et frontières entre les gens, limites à l’intérieur de nous-mêmes, barrières entre nous et le Divin. Transgressant ces frontières, Dieu nous permet simplement d’être, d’exister simplement, comme nous sommes, comme je suis. Ce faisant, un espace est créé dans lequel différentes relations peuvent être vécues : verticale et horizontales, avec Dieu, avec les autres et aussi avec notre (vrai) soi.

Dieu est également queer dans la mesure où, par cette impossibilité de définition définie, il laisse une marge d’expérimentation. Il y a place pour des essais et des erreurs, car cet espace est rempli d’une gracieuse générosité. Cette grâce permet des doutes, des questions, des échecs et tout ce qui nous rend humain.

Enfin, Dieu est queer dans le sens où, comme dans la théorie et l’activisme queer, il existe un appel à l’action. De même, il lance un appel à l’action et nous présente une éthique à respecter. Ce n’est pas une éthique de « se tenir à l’écart en prétendant d’être plus saint qu’autrui ou vouloir le devenir », mais une exigence qui exige d’être aux côtés de ceux qui luttent, d’être leur allié, de défendre la dignité des gens, d’accompagner les autres dans leurs voyages et d’être une main tendue en cas de  besoin, et se lever contre la violence sous toutes ses formes – et si possible, de manière non conventionnelle: queer.


[1] Mon objectif n’est pas de créer une distinction entre ceux qui se décrivent comme «homosexuels» et ceux qui ne le font pas – ce n’est pas eux contre eux, ni nous contre eux.

Les genres


En moi
les genres
se mêlent
et s’entre-mêlent
jusqu’à
ne plus exister du tout

En moi
certains jours
un genre
prend le dessus
me rendant méconnaissable
dans le miroir
de mes yeux
– déchirement

Le désir
de tout ré-arranger
l’instant d’euphorie
au lieu de la dissonance
de la distance
entre la vision
et le ressenti

En moi
sans doute
les genres se mêlent
se mélangent
se font absent
Blotti*e contre son corps
je ne suis que Moi
je ne suis que Être
En moi
est unité
sans dysphorie

En moi
se mélangent
les amours.

לכל איש יש שם


לכל איש יש שם
chaque personne a un nom
chaque personne avait un nom
chaque personne aura un nom
et pour chaque personne ne pas née il y aurait eu un nom

les six millions ne seront pas oubliés
pas un seul d’entre eux
pas le plus petit des enfants,
tendant ses mains vers imma
amenés vers la mort
pour se réveiller dans le cœur de D.ieu

לכל איש יש שם
chaque personne a un nom
chaque personne avait un nom
chaque personne aura un nom
et pour chaque personne ne pas née il y aurait eu un nom

Debout le long des lignes de chemin de fer
marchant entre les wagons remplis de bétail humain
n’étant plus des humains,
dégradés en numéros et réduits en silence
mais même les pierres hurlaient

לכל איש יש שם
chaque personne a un nom
chaque personne avait un nom
chaque personne aura un nom
et pour chaque personne ne pas née il y aurait eu un nom

froids et affamés
transpirants et malades
trébuchant en avant, amenés vers la mort
trébuchant en avant, survivant
faisant des téfillin de morceaux de papier

לכל איש יש שם
chaque personne a un nom
chaque personne avait un nom
chaque personne aura un nom
et pour chaque personne ne pas née il y aurait eu un nom

Oh D.ieu plein de compassion
accorde le repos parfait
et ta présence

לכל איש יש שם
chaque personne a un nom
chaque personne avait un nom
chaque personne aura un nom
et pour chaque personne ne pas née il y aurait eu un nom

Oh D.ieu très haut, plein de compassion
– et tout bas
sois un arbri pour l’âme de mon bien-aimé ayant disparu à jamais

לכל איש יש שם
chaque personne a un nom
chaque personne avait un nom
chaque personne aura un nom
et pour chaque personne ne pas née il y aurait eu un nom

Oh D.ieu plein de compassion,
le plus vrai des juges,
protégé-les sous tes ailes
puissent leur mémoire
inpirer ma vie
chaque jour.

Ari – un CV non-binaire


Je suis née en 1975 en Allemagne. J’ai passé les premières années de ma vie chez mes grands-parents.

Comme pour beaucoup de monde de leur génération, mes grands-parents avaient une répartition des rôles de genre bien typique qui me dérangeait souvent. Eux, ils voulaient souvent que je joue avec des poupées, mais la plupart de ces activités typiques pour filles ne m’intéressaient pas : je voulais surtout jouer avec des voitures ou au voleur et au gendarme avec les garçons. Je me sentais bien avec les garçons, comme „l’un d’entre eux“ – ce n’était jamais comme ça avec les filles, c’était toujours un peu un sentiment contre nature avec elles.

En grandissant, c’était pareil. Alors que beaucoup de mes camarades de classe s’intéressaient au maquillage, à la mode, etc., j’ai trouvé bien plus intéressant de reconnaître les voitures par le son du moteur. Bien sûr, j’aime aussi les activités „féminines“ comme la pâtisserie, la cuisine, la lecture et le dessin. Mais toujours, quand je voulais m’adonner à des passe-temps du type „je voudrais construire un train miniature / des avions modèles / un kit de chimie“, on m’a répété à maintes reprises : „Ce n’est pas possible, tu es une fille et c’est un truc de garçon“.

Je me suis rendu compte que cette division entre hommes et femmes me dérangeait beaucoup : pourquoi, et pour quoi ? Pourquoi pas les deux ? Pourquoi choisir ?  Mais je ne pouvais pas encore le formuler ainsi à l’adolescence.

Weiterlesen „Ari – un CV non-binaire“

De 14 ans… À aujourd’hui


Après avoir mis mon intro en allemand, le voici aussi en français…

Quand j’avais 14 ans, j’ai remarqué que je me sentais attiré par les filles. Les autres filles regardaient les garçons. Dans la vraie vie et dans les magazines, elles remarquaient combien ils étaient mignons — et moi ? Non, pas du tout. Les garçons ont toujours été de bons copains, mais sans rien de plus. Pourtant je me voyais rougir en présence de certaines filles, je cherchais leur proximité, rêvassait de passer du temps avec elles.

À cet âge, tout était encore relativement innocent, mais les sentiments se réveillaient gentiment, mais sûrement.

À cette époque, je vivais avec ma mère dans une communauté chrétienne de type pentecôtiste, ils avaient une approche plutôt littérale de la Bible.

Je ne sais plus exactement à quel moment j’ai entendu pour la première fois ces paroles, mais je les ai entendus de façon répétée et je les ai rapidement intégrées au plus profond de moi-même :

« Les homosexuels sont une abomination, les gays sont condamnés par Dieu, les gays sont haïs par Dieu, il n’y a pas de place pour les gays dans l’église ni dans le paradis, être homosexuel n’est pas naturel et c’est un aller-simple pour l’enfer… c’est un choix de vie détestable… les gays sont dangereux… si on essaie assez, et se soumet, on devient hétéro. »

Ces affirmations ont produit une immense honte et une peur terrible en moi !

Vous ne pouvez pas vous imaginer combien j’ai prié, prié, prié pour que Dieu me change ! Je ne voulais pas être lesbienne parce que je ne voulais pas que Dieu me déteste, que tout le monde me déteste, parce que je ne voulais pas brûler en enfer pour toute l’éternité ni vivre sans amour toute ma vie.

Weiterlesen „De 14 ans… À aujourd’hui“

Ebenfalls störend – na und?


Und auf die erste folgt noch rasch eine zweite Intro Post. Mitte letzten Jahres habe ich offiziell meinen Namen ändern lassen. Das musste natürlich auch begründet werden. So kam es dann zu einer ausführlich Reflektion über meine Identität – oder zumindest diesen Teil davon.

Ich wurde in Deutschland geboren und verbrachte meine ersten Lebensjahre bei meinen Grosseltern. Meine Grosseltern hatten, ihrer Generation entsprechend, eine typische geschlechtsspezifische Rollenverteilung, die mich oft störte. Man wollte oft, dass ich mit Puppen spiele, aber die meisten dieser typischen Mädchenaktivitäten interessierten mich nicht: meist wollte ich lieber mit Autos oder Cowboy und Indianer mit den Jungs spielen. Bei den Jungs habe ich mich wohlgefühlt, so wie «einer von ihnen» – bei den Mädchen war das nie so, das war irgendwie immer unnatürlich. Beim Heranwachsen war es ähnlich.

Weiterlesen „Ebenfalls störend – na und?“

14 Jahre alt… und bis heute ein Störfaktor


So, das ist die übliche Vorstellungs-Intro-Post. Und sie ist ewig lang – so kommt es mir zumindest vor. Aber haltet doch einfach durch, ich bilde mir ein das es spannend ist…

Als ich 14 Jahre alt war, bemerkte ich, dass ich mich von Mädchen angezogen fühlte. Die anderen Mädchen in meiner Klasse schauten den Jungs nach -den echten, und denen in den Magazinen- und meinten, wie süß sie doch wären. Und ich? Nö, überhaupt nicht. Jungs waren immer gute Kumpels gewesen, Freunde – mehr aber auch nicht. Aber in Gegenwart von einigen Mädchen wurde ich immer wieder rot, ich suchte ihre Nähe, oder tagträumte von ihnen.

In diesem Alter war alles noch recht unschuldig, und meine Gefühle erwachten erst langsam – langsam aber sicher.

Zu dieser Zeit lebte ich zusammen mit meiner Mutter in einer christlichen Gemeinschaft vom pfingstlerischen Typ, die die Bibel ziemlich wortwörtlich nahmen.

Weiterlesen „14 Jahre alt… und bis heute ein Störfaktor“

לכל איש יש שם


לכל איש יש שם
each person has a name
each person had a name
each person will have a name
and for each person not born there would have been a name

the six million will not be forgotten
not one of them
not the smallest child,
reaching with little hands towards imma
being lead away to death
to awaken again in the heart of G-d

לכל איש יש שם
each person has a name
each person had a name
each person will have a name
and for each person not born
there would have been a name

standing next to railroad tracks
walking amidst wagon loads of cattle-like humans
humans not anymore,
degraded to numbers and reduced to silence
but even the stones would cry out

לכל איש יש שם
each person has a name
each person had a name
each person will have a name
and for each person not born
there would have been a name

freezing and hungering
sweating and sick
stumbling forward, lead away to death
stumbling forward, surviving
making tefillin from scraps of paper

לכל איש יש שם
each person has a name
each person had a name
each person will have a name
and for each person not born
there would have been a name

oh God full of compassion
grant perfect rest
and thy presence

לכל איש יש שם
each person has a name
each person had a name
each person will have a name
and for each person not born
there would have been a name

oh God most merciful on high
– and below
be a shelter to the soul
of my beloved who has gone

לכל איש יש שם
each person has a name
each person had a name
each person will have a name
and for each person not born
there would have been a name

oh God full of compassion,
truest of judges,
shelter them under your wings
may their memories
inspire my living
each day.